« L’Importance de l’Apprentissage des Langues Etrangères chez l’Enfant »

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE LA CULTURE

11.bmp

En collaboration avec La Société Algérienne de NEUROSCIENCES Cognitives (SAN)

 

La Bibliothèque du Palais de la Culture

 

ORGANISE

 

La 2ème Rencontre-Débat sur le Rôle des Espaces Extrascolaires :

 

« L’Importance de l’Apprentissage des Langues Etrangères chez l’Enfant »

 

22.bmp

  

Palais de la Culture

06 Décembre 2011

 

PROGRAMME

*MATIN*

Présidente de  séance :

Mme ZELLAL Naçéra

Professeur des Universités, Laboratoire SLANCOM, Université

 Alger II

 

9h15 : Allocution de :

           Mme BOUCHENTOUF Mehadjia

            Directrice du Palais de la Culture

 

9h30 : Mme LAKEL Baya

           Chef de Service Audio-visuel : Bibliothèque du Palais de la Culture

          «  Atelier langues étrangères de la  Bibliothèque « Kan Ya Makan » »

 

9h45 : Mme BEDJAOUI Meriem

              ENNSP Alger

           « L’Enseignement précoce des langues : quelle(s) approche(s) méthodologique(s)»

 

10h00 : Mme NEDJAI Fatma-Zohra

               Université de Tizi-Ouzou

             « Le Conte et le développement Cognitif chez l’enfant »

10h15 : Mme FERCHOULI Fatma-Zohra

               ENSSP Alger

              « Quelques pistes de réflexion à même de susciter le goût de la lecture chez les  

              Jeunes »

 10h30 : Mme BENMOUSSA Lamia

              Orthophoniste, Université Alger II, Laboratoire SLANCOM

            « Présentation d’une méthode Neurolinguistique d’une langue étrangère »

 10h45 : Débat

 

12h30 : Pause-déjeuner

 

*APRES MIDI*

Présidente de  Séance :

Mme BEDJAOUI Meriem

ENSSP Alger

 

14h00 : Mme ZELLAL Naçéra

           Professeur des Universités, Laboratoire SLANCOM,

           Université  Alger II

            « Lecture et dyslexie en Algérie »

 14h15 : Mme SEBAA Fatéma

              Expert Comité des Droits de l’Enfant. Union Africaine

              Psychologue-clinicienne, Université d’Oran Chercheur au CRASC

            « Les Capacités d’apprentissage précoce chez l’enfant »

 14h30 : Mme GHEBALOU  Yamilé

               ENSSP Alger              

              « Formes esthétiques et enjeux cognitifs dans l’apprentissage des langues  

                 chez l’enfant par la poésie »

 14h45 : Mme MAMMERIA Zoubeida

              Chargée d’Etudes : Ministère de la Culture

             « Enjeux culturelles dans les activités parascolaires »

 15h00 : Mme GRINE

              Université de Annaba

             « Citoyen du monde quelles langues parler »

 15h15 : Editions Ediculture

               « Edition pour enfants et son support dans l’apprentissage des langues » 

 15h30 : Débat

             Collation

Le repas de midi sera assuré.

Publié dans : Colloques | le 23 novembre, 2011 |Pas de Commentaires »

Dr Lamia BENMOUSSA sur MBC News

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans : Bibliotheque numirique | le 17 novembre, 2011 |Pas de Commentaires »

Les pathologies vocales en milieu ORL

 

LABORATOIRE SLANCOM – UNIVERSITÉ ALGER 2

 

 

nouvelleimage.png

 

Les pathologies vocales en milieu  ORL

 

Présidée par :

Lamia BENMOUSSA

Docteur en Orthophonie

MA/A – Dpt PSEO – Chercheur

 

Les pathologies de la voix constituent un domaine hétérogène très large qu’il est impossible d’aborder en totalité dans le cadre de cette journée.

Le terme de dysfonction vocale couvre une pathologie très diverse, à la fois fonctionnelle («mauvaise utilisation des organes de la phonation») et organique (présence de lésion sur les cordes vocales par exemple).

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, on verra que les atteintes des cordes vocales et/ou leur mauvaise utilisation ne sont pas les seules responsables des dysphonies : l’appareil vocal dans son entier (la soufflerie et les résonateurs y compris), mais aussi le corps (par le biais de la posture, du tonus musculaire), et bien sûr l’appareil psychique peuvent être à l’origine d’un trouble vocal.


 

Samedi 03 décembre 2011

09h00 – Laboratoire SLANCOM-Campus Bouzaréah

 

 

 

PROGRAMME

 

 

Les pathologies de la voix constituent un domaine hétérogène très large qu’il est impossible d’aborder en totalité dans le cadre de cette Journée.

Le terme de dysfonction vocale couvre une pathologie très diverse, à la fois fonctionnelle (mauvaise utilisation des organes de la phonation) et organique (présence de lésion sur les cordes vocales).

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, on verra que les atteintes des cordes vocales et/ou leur mauvaise utilisation ne sont pas les seules responsables des dysphonies : l’appareil vocal dans son entier (y compris la soufflerie et les résonateurs), mais aussi le corps (par le biais de la posture, du tonus musculaire) et l’appareil psychique peuvent être à l’origine d’un trouble vocal.

PROGRAMME

09h00 : Ouverture : Pr Nacira ZELLAL, Dr TRIBECHE Rabia, Université Alger 2, Laboratoire SLANCOM

09h30 : Anatomie – physiologie de la sphère laryngée, Pr Ali SAHEB, Service ORL, CHU Beni Messous

09h45 : Pathologies de la phonation, Dr Lamia BENMOUSSA, Université Alger 2, Laboratoire SLANCOM

10h00: Voix et personnalité, Pr Kelthoum BELMIHOUB, Université Alger 2, Laboratoire SLANCOM

10h15 : Sénilité vocale précoce, Dr Ali BOUAZZOUNI, Université Alger 2

 

10h30 : La récupération de la voix après une laryngectomie partielle du larynx, Chahinez TIAR, service ORL, CHU Mustapha

 

10h45 : La voix neurologique, Dr Abdellatif  IZEMRANE, U. de Tizi Ouzou, Laboratoire SLANCOM

 

11h00 : Les troubles de la voix et de la parole d’origine centrale :

 Les dysarthries,  HACIANE Mohamed, U. de Tizi Ouzou, Laboratoire SLANCOM

 

11h15 : l’ostéopathie dans la prise en charge de la paralysie laryngée, METTREF Ouarda, U. de Tizi Ouzou, Laboratoire SLANCOM

11h30 – 12h15 : Débat.                                             12h30 : Collation

LABORATOIRE SLANCOM – UNIVERSITÉ ALGER 2

 

 

                                                nouvelleimage.png
                               

 

 

 

CONFÉRENCE INTERNATIONALE 

 

 

Le surdoué dans le monde arabe :

réalité et perspectives

 

 Présentée par :

Essam Tewfiq KAMR

أستاذ اصول التربية المساعد ورئيس

شعبة بحوث  الأنشطة التربوية ورعاية الموهوبين

بالمركز القومى للبحوث التربوية والتنمية

 

القاهرة –  مصر

 

Cas de l’autiste d’ASPERGER

 

   BENYAKOUB Naima, TRIBECHE Rabia & BOUAFIA Khaled

 

 

Mercredi 02 novembre 2011

14h – Laboratoire SLANCOM-Campus Bouzarreah

&

Jeudi 03 novembre

09h – Université de Blida

BONNE NOUVELLE POUR LES ORTHOPHONISTES: MASTER DE NEUROSCIENCE

Nous avons l’honneur de vous informer que le master de neurosciences a été reconduit Pour l’année universitaire en cours (2011 /2012).

 

Aussi, nous vous prions de bien vouloir vous rapprocher auprès du département de psychologie, sciences de l’éducation et d’orthophonie Université d’Alger 2- Bouzariah Pour une éventuelle inscription.


Bonne réception.   

 

Publié dans : Neurosciences Cognitives | le 27 octobre, 2011 |Pas de Commentaires »

ÉLÉMENTS DE TERMINOLOGIE – DICTIONNAIRE PIONNIER DES SCIENCES HUMAINES ET CLINIQUES

elhouda.gif

Publié dans : Publications | le 26 septembre, 2011 |Pas de Commentaires »

JOURNAL EL KHABAR DU 08/09/2011; PAGE 16

 

 

 

جزائرية تعرض أول برنامج معلوماتي لعلاج اضطرابات النطق

الجزائر: كهينة شلي

JOURNAL EL KHABAR DU 08/09/2011; PAGE 16 dans Articles lamia_158128692

 

كشفت الأخصائية في علم الأرطوفونيا، لامية بن موسى حنطابلي، في لقاء مع  »الخبر »، عن توصّلها إلى إعداد برنامج معلوماتي حديث لتشخيص وعلاج الاضطرابات الصوتية والنطقية، سيُمكّن المرضى من العلاج بتكاليف أقلّ من الخارج، في حال ما إذا نجحت في إنشاء مخبر لها في الجزائر.
قالت حنطابلي، إن برنامجها تمخّض عن موضوع رسالة دكتوراه، أشرفت عليها الأستاذة نصيرة زلال، بجامعة الجزائر 2 ببوزريعة في العاصمة، تحت عنوان  »الاضطرابات الصوتية في الوسط العيادي الجزائري: تناول معرفي إيكوستيكي للتشخيص والعلاج من خلال تقديم أو اقتراح أول برنامج معلوماتي للاضطرابات الصوتية متعدّدة اللغات، فرنسية وعربية وأمازيغية ». وأضافت أن برنامجها الذي يُعدّ الأول من نوعه في الجزائر، يرمي إلى تصحيح الصورة والنطق الطبيعيين لمستأصلي الحنجرة الكلي، التأتأة، شقّ الحناكي، الاضطرابات الصوتية والنطقية وغيرها. كما أنه يخضع لمنهجية علمية محضة، تشمل تقنيتين، الأولى علاجية والثانية معلوماتية. علما أن كليهما تندرجان ضمن العلوم العصبية المعرفية.  وعن المراحل التي تمرّ بها هذه المنهجية، التي تُشكّل في مجملها النظام المعرفي في العلوم العصبية، ذكرت المتحدثة كلاّ من التنبيه، التركيز، الإدراك، تخزين المعلومة في الذاكرة، وأخيرا الاسترجاع الجيّد بعد فترة.  مُشيرة، من جهة أخرى، إلى أن برنامجها الذي دعّمته باللغتين العربية والأمازيغية، بعد أن كان يقتصر على اللغة الفرنسية سابقا، أفضى إلى نتائج إيجابية، تأتّت من معاينة 18 حالة مرضية (من 5 سنوات إلى 75 سنة)، مسّت مستأصلي الحنجرة الكلي، المصابين بشلل الأحبال الصوتية، وكذا البحّة الصوتية عند الطفل، والبحّة الصوتية الناجمة عن اضطراب عصبي. وذلك على مستوى المستشفى الجامعي لبني مسوس في الجزائر العاصمة، الذي شهد، في البداية، معاينة 600 حالة عادية، أُجريت على 200 ذكور، 200 إناث و200 طفل، تتراوح أعمارهم ما بين 5 سنوات و75 سنة.
كما أفادت حنطابلي، أن العلاج الذي يقترحه البرنامج طبيعي مائة بالمائة،  »فأنا أتجنّب استعمال أيّ شكل من أشكال الأدوية، بل أُركّز على العلاج الطبيعي دون سواه ». وتابعت مُعقّبة:  »أطمح لإنشاء مخبر في الجزائر لتشخيص وعلاج الاضطرابات الصوتية والنطقية، حتى يتسنّى للمرضى العلاج بتكاليف أقلّ من الخارج ».

2425 :عدد القراءات

http://www.elkhabar.com/ar/nas/264328.html

Publié dans : Articles | le 18 septembre, 2011 |Pas de Commentaires »

SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DE NEUROSCIENCES (SAN)

PREMIÈRE AG : dimanche 25 septembre 2011 à 13 heures

 

Palais de la Culture – Moufdi Zakaria, Alger

 

Ce communiqué tient lieu de convocation

 

N.B. De nouvelles adhésions sont possibles lors de cette AG.

 

Pr Nacira ZELLAL

Publié dans : Notre equipe | le 18 septembre, 2011 |Pas de Commentaires »

Nacira Zellal : «Il faut investir dans l’autonomie intellectuelle de l’homme, instrument de liberté»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.07.11 | 01h00 8 réactions

   Nacira Zellal : «Il faut investir dans l’autonomie intellectuelle de l’homme, instrument de liberté» dans Articles trans

 

Nacira Zellal est directrice du laboratoire des sciences du langage et neurosciences cognitives (université d’Alger) et présidente de la Société algérienne de neurosciences 

- Où en est le soin psychologique en Algérie ?

La psychologie est sous-estimée en Algérie parce qu’elle n’a pas suivi le cours actuel du progrès. La base est la psychologie cognitive, puisque c’est avec l’intelligence que l’homme se comporte. Les émotions sont la conséquence de nos perceptions. Il faut donc investir dans l’autonomie intellectuelle de l’homme depuis son enfance, pour qu’il résolve toutes les crises sociales. Aucun psychologue algérien n’a posé le problème de la pédagogie de la langue à l’école, alors que les thèses d’acquisition expliquent que le raisonnement se construit au contact de la langue, dans ses règles abstraites, dès 4 ans.

 

- Quelles sont les raisons du retard de la psychologie en Algérie ?

 

Les thèmes de recherche, les post-graduations tournent autour du symptôme
social : drogue, délinquance…, bref, du malheur social. Le rapport 2003 de l’Inserm souligne la primauté des thérapies cognitivistes parce qu’elles s’attaquent à la cause du mal. Sur le plan économique, il y a du gaspillage, puisque des pathologies lourdes sont approchées par des thèses dépassées. Le psychologue prend pour de la dyslexie la conséquence d’une pédagogie inscrite contre le développement cognitif de l’enfant. A l’inverse, les projets visant le développement cognitif sont signés «avis défavorable» parce que les comités décisoires, faits de psychosociologues qui se servent ces projets dépassés, ne sont pas constitués ès CV.

 

- Comment voyez-vous l’avenir de la psychologie dans notre pays ?

 

La science permet de trouver des solutions. Les solutions psychologiques sont la création de techniques de soin des troubles du comportement dus au déficit cognitif. En Algérie, c’est l’orthophonie qui crée et développe la neuropsychologie. Nous sauvons des projets grâce au laboratoire du Slancom, la Société algérienne de neurosciences, qui vient d’être agréée. La psychologie ne doit plus rester enfermée dans la description du symptôme social. Ces troubles spécifiques à l’Algérie lui font oublier les troubles universels comme l’autisme, les troubles cognitifs d’ordre neurodégénératif, l’IMC, les aphasies, les agnosies… C’est l’orthophonie, forme actuelle de la psychologie qui intègre la linguistique et la médecine, qui s’occupe de ces troubles. L’imagerie cérébrale et le logiciel thérapeutique sont des nouveautés dans nos travaux. Cela ne concorde pas avec une psychologie dépassée. Tant que la psychologie, en Algérie, n’intègre pas les cognisciences, elle ne pourra pas s’inscrire dans l’actualité. Pour l’instant, les congrès de neurosciences comprennent les expériences des orthophonistes et non des psychologues algériens.

 

- Comment expliquez-vous l’attitude de ceux qui résistent aux neurosciences ?

 

Afférent à la culture, la psychologie ne peut pas être importée. La psycholinguistique, née en 1960, est ignorée par la psychologie en Algérie, alors qu’il ne s’agit pas d’une différence d’école, mais d’un progrès, injection faite du critère linguistique dans le critère cognitif.
La psychologie observe le comportement et le comportement le plus spécifiquement humain, c’est le langage. L’orthophonie regroupe les solutions que doit résoudre la psycholinguistique. Ces solutions s’inscrivent dans le courant des neurosciences.

 

 

Djedjiga Rahmani
Publié dans : Articles | le 25 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

En quoi l’orthophonie se distingue de la psychologie ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.07.11 | 01h00 Réagissez

 

Dans une contribution publiée dans le quotidien El Watan du 25 avril 2011, un groupe de chercheurs et de praticiens revendiquent la création d’un département d’orthophonie, une revendication légitime et justifiée.

 

Le mot orthophonie est apparu en 1830 avec le Dr Marc Colombat (1797-1851), et le premier centre de formation d’orthophonie est créé en 1955 en France. L’orthophonie est de racine grecque, qui veut dire «correction de la voix». Le mot est répandu au Canada et en France. Cependant, la Belgique utilise le mot «logopède», c’est-à-dire «éducation de la parole». Désormais, l’orthophonie s’est imposée comme une discipline indispensable dans le domaine médical et d’apprentissage, concernant le langage. L’objectif de cet article est de présenter au public concerné l’importance de chaque discipline, la psychologie et l’orthophonie, qui convergent certes, mais qui sont autonomes l’une par rapport à l’autre.

 

L’orthophonie(1) a pour objectif  la correction des troubles affectant la voix, l’articulation, le langage oral et écrit par des techniques de ré-éducation. On citera, par exemple, les troubles du langage, le retard d’acquisition du langage oral, les perturbations d’acquisition liées à un déficit sensoriel (surdité, hypoacousie) ou neurologique (infirmité motrice cérébrale, aphasie, dysarthrie, apraxie, agnosie), bégaiement, difficulté dans l’acquisition du langage écrit (dyslexie, dysorthographie), les troubles de la voix : fatigue vocale professionnelle, rééducation après intervention sur le larynx, les troubles d’articulation (sigmatismes, chuintement, rhinolalies) ou dus à des malformations congénitales (fentes labio-palatines), les dyspraxies fonctionnelles ou organiques. Par contre, l’objet de la psychologie est différent(2). Cette discipline a pour objectif l’investigation du psychisme en termes de structure et de fonctionnement. Elle s’attache donc à décrire, évaluer et expliquer les processus mentaux, en prenant en compte les manifestations de la subjectivité, le langage en étant l’un des moyens d’expression. Ici, le langage est considéré comme contenu, afin de lui donner un sens subjectif dans un processus thérapeutique. Ceci diffère donc de la correction des troubles affectant la voix, l’articulation, le langage oral et écrit, qui nécessitent l’utilisation de techniques spécifiques de rééducation. Ceci détermine donc la distinction entre la psychologie et l’orthophonie, c’est-à-dire entre le sens et la correction du langage (écrit ou oral).

 

En psychologie, il existe également des théories, plus exactement les lacaniens, où le langage joue un rôle déterminant pour accéder à l’inconscient. Or, cette hypothèse est controversée par les spécialistes du langage et contestée par certains psychanalystes freudiens. Ainsi, pour le psychanalyste Alain Costes(3), le langage relève du niveau préconscient et non de l’inconscient. Un débat stimulant et à enrichir par la recherche. L’espace, ici, ne permet pas de m’étaler davantage sur la question. Passant à la neuropsychologie clinique, qui croise l’orthophonie surtout dans l’évaluation et la rééducation des troubles de langage (écrit ou oral), je(4) précise que la neuropsychologie est une discipline qui connaît, depuis ces dernières années, un développement exceptionnel. Elle influence diverses disciplines, de la psychologie à la neuroscience. Elle vise à une modélisation intégrée des processus mentaux et des supports neuronaux des comportements normaux et pathologiques. Elle constitue l’un des maillons centraux des sciences cognitives. Son objectif est triple : diagnostique, thérapeutique et cognitif(5). La neuropsychologie est l’étude des perturbations cognitives et émotionnelles ainsi que des désordres de la personnalité dus à des lésions du cerveau.

 

Autrement dit, la neuropsychologie est une discipline scientifique et clinique qui étudie les relations entre le fonctionnement du cerveau et les comportements humains. Les domaines dominants de la neuropsychologie sont les troubles du langage (aphasie), les troubles de la vision d’origine cérébrale (agnosie), les troubles du geste (apraxie), les troubles de la mémoire et des fonctions exécutives. Ceci dit, on distingue deux types de troubles, soit des troubles acquis, soit des troubles de développement. La neuropsychologie est considérée comme une spécialité de la psychologie (France, Belgique, Canada, USA, etc.), mais elle est aussi enseignée comme telle au sein du cursus gradué d’orthophonie, même si la profession de neuropsychologue tend de plus en plus à s’ autonomiser. En service neurologique, le neuropsychologue et l’orthophoniste collaborent dans la prise en charge d’un même patient relevant de la neuropsychologie. Le premier évalue les facultés psychologiques et cognitives du patient ; le second, les facultés psycholinguistiques. La thérapie associe également les deux professionnels.
Ainsi, comme déjà souligné, la psychologie (en particulier la neuropsychologie) se croise dans certains domaines avec l’orthophonie, comme avec d’autres disciplines d’ailleurs, mais ceci n’oblige guère l’orthophonie à être l’une de ses spécialités. Ceci, d’autant que la phoniatrie, l’audiologie, la phonétique-phonologie cliniques, l’aphasiologie,… sont des spécialités orthophoniques qui ne sauraient donc être des «sous- spécialités psychologiques». Ainsi, la création, en Algérie, d’un département qui forme de futurs orthophonistes est un impératif évident. En outre, tous les moyens pédagogiques et humains sont prédisposés à la création de ce département en Algérie.
À ce titre, nous saluons les efforts consentis, le courage et la détermination du Pr Zellal et de son équipe pour mener ce projet à terme. Elle a eu le mérite d’avoir transformé en chaire académique complète (1979 à ce jour) ce qui n’était qu’une filière de 02 ans (1975-1978)(6).

 

La réglementation juridique de l’exercice et de formation de l’orthophonie en Algérie et en France

 

En Algérie, d’après le Journal officiel n° 22 (articles 28 et 29) ; décret exécutif n° 91-111 du 27 avril 1991 portant sur le statut particulier des psychologues (article 28) : «Les psychologues-orthophonistes de la santé publique sont chargés, sous l’autorité du responsable hiérarchique, des fonctions psychologiques ayant pour objet notamment la technique et la rééducation de la voix et du langage. Dans ce cadre, ils assurent les entretiens, les bilans, le diagnostic, le pronostic, la prévention et la prise en charge thérapeutique des troubles de la voix et du langage». Article 29 : «Outre les tâches prévues à l’article 28 cité ci-dessus, les psychologues orthophonistes principaux de la santé publique sont chargés, sous l’autorité du responsable hiérarchique, d’assurer les thérapies de groupe, la guidance parentale ainsi que le travail institutionnel par la technique et la rééducation de la voix et du langage».

 

Dans ce décret, les tâches de l’orthophoniste de santé publique ne sont pas clairement définies et pour accéder au titre d’orthophoniste en Algérie, je vous renvoie à l’article publié dans le quotidien El Watan cité plus haut. Ce décret est à revoir totalement car l’appellation  «psychologue-orthophoniste» n’existe pas et il va de pair avec la reconnaissance officielle du département d’orthophonie.
En santé, il faut distinguer et reconnaître les rôles des uns et des autres selon les sens universels des métiers et des recherches y attenant. Celles-ci tiennent évidemment compte du besoin social propre à chaque pays ; cependant le patient algérien et ses troubles sont régis par des règles scientifiques et cliniques qui sont universelles.

 

En France, un nouveau décret d’actes paru en mai 2002 élargit le domaine de compétence des orthophonistes, dans la mesure où ils peuvent participer à l’organisation d’actions d’éducation sanitaire ou de dépistage et mener des actions de formation (en tant qu’enseignants ou maîtres de stage) et de recherche. Désormais, l’orthophonie consiste «à prévenir, à évaluer et à traiter les déficiences et troubles de la voix, de l’articulation, de la parole, ainsi que ceux associés à la compréhension du langage oral et écrit, à sa réalisation et à son expression, à dispenser l’apprentissage d’autres formes de communication non verbales permettant de compléter et de suppléer ces fonctions. Dans l’exercice de son activité, l’orthophoniste prend en compte les dimensions psychologique, sociale, économique et culturelle de chaque patient, à tout âge de la vie».

 

Toujours en France, selon le Code de la santé publique (article L.4341), «est considérée comme exerçant la profession d’orthophoniste toute personne qui exécute habituellement des actes de rééducation constituant un traitement des anomalies de nature pathologique, de la voix, de la parole et du langage oral ou écrit, hors la présence du médecin». Cependant, les orthophonistes ne peuvent pratiquer leur art que sur ordonnance médicale. Ceci permet le remboursement des actes et des consultations, par la sécurité sociale.
En Algérie, les séances psychologiques et orthophoniques sont le fait du hasard, puisqu’elles ne relèvent d’aucune réglementation ni d’aucun contrôle (staff clinique, colloques, publication des résultats …) ce qui porte préjudice à la qualité de la prise en charge. Il existe, en France, une quarantaine de revues scientifiques d’orthophonie.

 

Pour accéder au C.C.0(7) (Certificat de capacité d’orthophoniste), l’étudiant(e), après l’obtention du baccalauréat, devra passer un concours national d’examen des aptitudes psycho-physiques qui est très sélectif et réglementé par l’arrêté du 10 novembre 1966, révisé par l’arrêté du 16 mai 1986 et enfin par l’arrêté du 25 avril 1997) afin d’intégrer son école d’orthophonie où le nombre d’inscrits est annuellement réglementé. Il existe 15 écoles d’orthophonie actuellement en France. Les études d’orthophonie sont de baccalauréat plus 4 avec stages et mémoire. Ces écoles sont des départements autonomes rattachés aux Facultés de médecine ou de médecine et pharmacie et sont des U.E.R. (Unités d’études et de recherches) médicales ou des U.E.R de techniques de réadaptation.

 

Yazid Haddar. Neuropsychologue

 

Notes de renvoi :

-1) http://psycho.univ-catholyo n. fr Iform atio ni co n co u rs/orth 0 ph on i ste-cycl e- sh s-I icen ce- psych 0 1 0 gie-et -p repa ration -con co u rs54479. kjsp? RH=1260887501277
-2) http://fr.wikipedia.org/wikjfPsychologie
-3) Alain Costes, Lacan, le fourvoiement linguistique: la métaphore introuvable. PUF, collection Voix nouvelles en psychanalyse, Paris, 2003, 235 p.
-4) Cf. EI-Watan du 13/08/2008.
-5) Cf. Neuropsychologie, R. GIL, 2006, P 1.
-6) Le Soir d’Algérie, 30 novembre 2009, p. 15.
-7) http://www.orthophonie.fr/historique_ orthophoniste.ph p

Publié dans : Articles | le 10 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »
12345...11

Acorps de Soi |
PM Géronto Logics |
Chirurgie esthétique et gre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | conseilsnat
| NATURAE
| orthophonietogo